Vingt minutes d'extase et de magie, avec un quatuor de Haydn de l'opus 76 interprété par le quatuor Hagen à la Cité de  la Musique dimanche 27 janvier. La salle reconfigurée avec une simple une estrade basse positionnée dans l'orchestre, et le public tout autour, de plein pied ou légèrement surélévé.
Vraiment, Haydn  leur va bien, va bien à leur style d'interprétation si particulier.
La suite du programme, des pièces pour quatuor de Dvorak, puis le quatuor américain du même, m'ont un peu moins conquise, car je ne suis pas très sensible à la musique de chambre de Dvorak. Mais le plaisir d'écouter ses musiciens restait très grand.
Et puis le son du violon de Lucas Hagen, un stradivarius ai-je lu, notamment dans les aigus, est à tomber par terre !
Merci